Véritable soutien pour la future maman en l’aidant à s’accepter dans le changement et alléger les petits tracas liés à la grossesse

Quels sont les bienfaits du shiatsu pendant la grossesse ?

Jambes lourdes, problèmes de dos, sciatique, stress, douleurs musculaires ou articulaires, petits soucis intestinaux, nausées, ou après accouchement, le blues. Le shiatsu agit sur divers désagréments. Les mamans peuvent même le pratiquer avant la conception pour arrêter de fumer ou diminuer les tensions émotionnelles. Le shiatsu ne remplace pas une thérapie médicale, mais est plutôt une sorte “d’avant-médecine” sans danger qui agit de façon complémentaire. Il participe à la bonne marche du travail en utilisant le souffle ou en travaillant sur les positions qui favorisent l’accouchement. Il peut aussi aider à sa mise en route de façon naturelle. C’est ce qu’a montré une étude réalisée au St. Michael’s Hospital, en Angleterre. Il permet aux futures mamans de se rapprocher émotionnellement de leur bébé et de se sentir plus en confiance.

Comment se déroule une séance de shiatsu ?

La future maman est allongée sur un futon, matelas de coton posé à même le sol ou sur table de soin. Pour éviter une chute de tension et des répercussions sur le bébé, la position allongée sur le côté ou assise est conseillée après le 4e mois de grossesse. De gros coussins sont employés pour vous soutenir. Portez une tenue souple et confortable. Avant tout action manuelle, le praticien s’entretient avec vous afin de déceler d’éventuelles contre-indications et vous permettre d’exprimer vos attentes, ainsi que votre ressenti. Ensuite, il se met à l’écoute de votre corps et exerce des pressions avec sa paume ou ses pouces sur des points spécifiques situés le long des méridiens. Devant certains déséquilibres énergétiques, il peut aussi pratiquer des étirements doux de certains membres ou parties du corps. Le massage shiatsu dure entre 30 et 60 minutes.

Existe-t-il des contre-indications ?

Le shiatsu est contre-indiqué en cas de fièvre, d’inflammation ou d’infection aiguë, mais également si vous souffrez d’hémorragie, d’hypertension (voir la M.T.C), de certaines infections cutanées, de troubles cardiaques ou pulmonaires. En cas de doute, demandez l’avis de votre sage-femme ou du médecin qui suit votre grossesse.

En combien de temps voit-on les bénéfices ?

Le shiatsu est adapté à chaque future maman. Certaines ressentent un bien-être dès la première séance, tandis que d’autres ont besoin de davantage de temps pour corriger les dysfonctionnements. Le bon rythme ? D’une fois par semaine à une fois par mois selon le ressenti.

Et le futur papa ?

Les futurs papas s’investissent de plus en plus durant la grossesse. Le shiatsu est un bon moyen de les faire participer. Grâce aux points appris durant les séances, ils peuvent ainsi soulager la future maman à la maison, ou aider l’accouchement, en favorisant les contractions et la détente en salle de naissance.

Est-ce que “shiatsu” remplace les cours de préparation à l’accouchement ?

Absolument pas. Les classes de préparation maternelles vous offre des informations précieuses, elles vous apprennent à préparer votre corps par vous-même, à vous responsabiliser quand à votre grossesse et votre enfant. Vous êtes plus conscientes, plus participatives. Pendant les sessions de “shiatsu”, la femme est active de manière semi-consciente, en raison du degré de relaxation intense qu’elle peut atteindre. C’est donc un travail plus profond.

En complément?

On peut largement utiliser:

Le tarif:

  • Séance de 30 minutes: 30€
  • 50 €  1h environ,   60 € à domicile